Archives de Tag: Syrie

Les migrants syriens : pourquoi l’exode ?

        La guerre syrienne a commencé en 2011. Le peuple syrien a demandé plus de liberté en Syrie mais le président n’a pas voulu leur accorder. Alors cette simple demande va faire de nombreux désastres.

20151030_Syrians_and_Iraq_refugees_arrive_at_Skala_Sykamias_Lesvos_Greece_2

https://de.wikipedia.org/wiki/Einwanderung_von_Fl%C3%BCchtlingen_nach_Griechenland

          La guerre civile syrienne est un conflit armé en cours depuis 2011, cette guerre est appelé « Printemps Arabe* ». La guerre en Syrie a éclatée il y a maintenant 6 ans lorsque plusieurs pays arabes se sont soulevés pour réclamer plus de liberté. Le peuple syrien a protesté contre son président Bachar-Al Assad, jugé trop autoritaire. Il n’a pas voulu négocier alors il a ordonné de tirer sur les manifestants syriens. C’est donc le début de l’exode. Rappelons qu’un exode c’est le mouvement massif d’une population. Cette guerre oppose les partisans de Bachar contre les rebelles syriens qui n’ont autre choix que de créer leur propre armée. En 2011, on compte déjà 5000 morts.

           En 2006, l’Etat islamique se crée. C’est un groupe de terroristes très violents : ils veulent bâtir un royaume entre la Syrie et l’Irak afin d’étendre leur territoire. Ils pillent et massacrent les populations. En 2016 on dénombre plus de 260 000 morts. C’est la plus grande crise humanitaire depuis la seconde guerre mondiale. De plus en plus de pays ferment leurs frontières, ils ne veulent pas de migrants syriens dans leur pays comme la Slovénie. La crise va alors s’aggraver puisque l’armée de Bachar-Al Assad et son meilleur allié Vladimir Poutine (la Russie) vont vouloir reprendre du terrain. La Russie a d’ailleurs bombardé Alep, la ville la plus peuplée de Syrie.

  *Printemps Arabe,  l’expression désigne des mouvements de contestation politique très différents qui ont éclatés dans plusieurs pays (Tunisie ,Egypte ,Libye…).

Myriam chtiti

Etat des lieux en Syrie : Journaliste, un métier à haut risque !

La liberté de la  presse est menacée et bafouée en Syrie en raison de décisions politiques. Depuis mi-mars 2011 les journalistes risquent de plus en plus leur vie en exerçant leur travail dans ce pays du Moyen-Orient

Depuis le début du conflit  deux camps s’opposent :

-le régime de Bachar-Alasad défendu par les militaires

-les opposants contre le régime de Bachar-Alasad.

Depuis le début du conflit en 2011, la situation de la Syrie est de plus en plus compliquée et devient catastrophique. Par exemple, le régime a envoyé des armes chimiques contre les opposants.

La Syrie est aujourd’hui le pays le plus dangereux au monde pour les journalistes. Selon le recensement de Reporteurs Sans Frontières, plus de 110 acteurs de l’information ont été tués dans le cadre de leurs fonctions depuis mars 2011. Aujourd’hui, plus d’une soixantaine  sont détenus, retenus en otages ou portés disparus.

La répression contre les journalistes en Syrie : état des lieux depuis mars 2011

26 journalistes tués

35 journalistes emprisonnés

18 net-citoyens emprisonnés

91 net-citoyens et citoyens-journalistes tués

3 collaborateurs emprisonnés

La liberté de la presse dans le monde : où se situe la Syrie ?

La Syrie est le 176ème pays  sur 179 dans le dernier classement mondial sur  la liberté de la  presse.

Dans le monde, en 2013 : 185 journalistes et 158 net-citoyens ont été emprisonnés

Depuis le début du mouvement de contestation populaire à la mi-mars 2011, les exactions contre les professionnels des médias se sont multipliées. Le pouvoir empêche les journalistes de couvrir les manifestations, leur interdisant de se  rendre sur place.

les sources:  -www.leparisien.fr

-www.globaleditorsnetwork.org

-fr.rsf.org/report_Syrie 1,63.html

-burkina24.com/…/liberté-de presse-en-Syrie-le journaliste-mazen-darwis

-temsreel.nouvelobs.com

-www liberation.fr/…/pour-les-journalistes-en-Syrie-le-danger-peut-venir

-fr.RSF.ORG/SYRIE.HTML

Pour plus d’infos, écouter l’émission :

http://www.franceculture.fr/2014-01-06-soiree-de-soutien-aux-journalistes-otages-enleves-en-syrie