Archives de Tag: mode

Une section à la Mode !

En 2018-2019, la section mode d’Emiland Gauthey accueille 66 élèves. La formation dure trois ans. Pour en savoir plus, nous sommes allés sur le terrain pour rencontrer deux jeunes filles qui font parties de la section

Croquis type fait en classe.

« Je ne savais pas coudre et maintenant, je suis capable de créer des vêtements »

LP : Que faut-il faire pour intégrer la section mode (compétences, notes, niveau scolaire…) ?

Bléona : En ce qui concerne la scolarité, il faut avoir le niveau scolaire requis pour aller au lycée et pour tout ce qui concerne la mode, il n’y a pas de niveau précis à avoir. On est là pour apprendre. Personnellement, je ne savais pas coudre et maintenant je suis capable de créer des vêtements.

Maëva : Il ne faut pas spécialement de compétences, tout le monde peut débuter d’un rien. Il faut avoir le niveau pour passer au lycée.

Vêtement type crée en classe.                     

LP : Est-il possible d’aller en section mode en première ou en terminale ?

Bléona : Après la seconde, il est possible d’intégrer la section grâce à des cours « passerelles » (cours de rattrapage). Personnellement, j’ai intégré la section en 1ère. Mais pour intégrer la section en terminale, c’est plus compliqué voire impossible à cause du bac en fin d‘année et les notions de la mode sont trop importantes à rattraper (mode et scolarité)

Maëva : Oui entrer en terminale mode n’est parfois pas possible car il manque toutes les bases et ce serait trop compliqué de tout rattraper tandis que pour rentrer en première, les professeurs de couture ont mis en place des heures supplémentaires pour les passerelles (nom donné aux entrants en première qui n’ont pas fait de seconde mode) pour rattraper les cours les plus importants (les cours de dessin : apprendre à dessiner un mannequin, l’histoire du costume…)

LP : Que créent les étudiants de la section mode ?

Bléona : J’ai déjà créé des robes pour un bébé de 4 mois, une jupe pour moi, une trousse et on est en train de créer un pantalon en cours de couture.

Maëva : Nous créons des vêtements de prêt-à-porter. En seconde, nous avons créé une robe de bébé de la taille de 3 mois avec un col Claudine avec des petits boutons, ensuite un cache-cœur sur mesure à notre taille, une jupe sur mesure aussi. En première, nous avons déjà terminé un pantalon taille haute, et là nous fabriquons un chemisier tailleur.

LP : Avez-vous du travail à faire à la maison ?

Bléona : Non, nous n’avons pas de travail à la maison car tous les travaux sont réalisés en cours exclusivement. Par contre, nous devons faire certaines fois des patrons de modèles.

Maëva : Non, nous n’avons rien à faire chez nous niveau couture, juste se diriger en magasin pour acheter notre tissu, celui que nous voulons, de la couleur de notre choix…Nous avons juste des matières différentes demandées (ex : pour la robe bébé il nous a fallu prendre du 100% coton ou alors du 50% coton /50% polyester). Il ne faut pas prendre n’importe quelle matière, de la soie ne serait pas adaptée pour un pantalon par exemple !

 « C’est un métier qui ne devrait pas se perdre »

LP : Quelles sont les sorties prévues ou déjà faites ?

Bléona : Nous ne faisons pas de sortie pour aller vois des défilés mais nous avons fait une sortie à Lyon pour voir le musée des costumes du cinéma. Nous faisons, depuis cette sortie, nos propres costumes inspirés de ce que l’on a vu.

Maëva : Nous avons fait trois sorties en seconde : des visites de musées de costumes, des visites de machines d’usine à broder…Cette année nous aurons fait beaucoup de sorties : visite du musée des contes de fée, ceux qui ont été utilisés sur scène pour des spectacles, c’était merveilleux !  Nous avons été aussi au musée du cinéma à Lyon, et c’était impressionnant. En février, nous allons à Aix-en-Provence et nous ferons d’autres sorties déjà faites l’année dernière mais où les costumes ont été modifiés et qui représentent maintenant de nouveaux modèles.

LP : Est-on obligé de faire un métier en rapport avec la mode plus tard ?

Bléona : On ne fait pas 3 ans pour rien, donc il est mieux de partir sur un BTS mode après grâce aux connaissances acquises pendant le lycée, je compte avoir une licence styliste pour être styliste.

Maëva : En général, si on reste 3 ans en mode ce n’est pas pour rien. Il y a différents métiers, comme être couturière et retoucheuse, modéliste, styliste, créatrice, designer…On peut tous trouver son idéal dans ce métier, on peut effectivement s’orienter dans un métier complètement hors la mode mais bon, il faudrait reprendre les bases des années précédentes dans la section qui n’ont pas été maîtrisées. Savoir coudre et se débrouiller à la machine à coudre comme dans la mode c’est très important et on aura tous besoin un jour. De moins en moins de personnes s’orientent en mode et je trouve ça dommage car c’est un métier qui ne devrait pas se perdre, c’est un métier important et très intéressant.

Publicités

Emiland défile…

A l’occasion du salon « Objectifs Métiers », qui s’est tenu du jeudi 24 au dimanche 27 janvier 2013, au parc des expositions de Chalon-sur-Saône, des élèves de notre lycée ont présenté leur travail. En effet, les classes de bac professionnel « métiers de la mode » ont participé à un défilé de mode pour montrer à un public nombreux et admiratif leurs réalisations en couture. Robes, chemisiers, kimonos, peignoirs, tenues de soirée, sportswear, autant de tenues pour toutes les occasions, travaillées dans des matières variées, des coupes originales, des broderies, des superpositions, des assemblages de couleurs, la mode féminine, masculine et enfantine,bref un émerveillement pour tous ceux qui sont venus voir nos élèves. Une autre filière de notre établissement était aussi représentée lors de cette manifestation autour de l’orientation : les élèves de bac pro ARCU (Accueil  et Relation aux Clients et Usagers) qui ont accueilli et renseigné les visiteurs du salon.

Rendez-vous l’année prochaine au stand Emiland Gauthey!Marine-classe-de-2MM