Archives de Catégorie: Un peu de culture

La désobéissante, Jennifer Murzeau : Un futur pas si loin de notre présent !

Bulle est enceinte : mauvaise nouvelle ! C’est alors le début d’un bouleversement qui va la conduire à imaginer sa vie autrement. Paris futuriste baigne dans une société qui est remplie d’injustices, d’inégalités sociales, de désespoir, de violences et d’incertitudes. L’aperçu de ce futur frôle la science-fiction avec ces avancées technologiques qui parsèment la capitale. Ces métros 2.0, ces unités robotiques qui parcourent les rues…

2050 est à la fois si proche et si loin ! Si proche car je serai toujours en vie a priori ; si loin car j’aurai 48 ans. La vie ? Qu’en restera t- il ?

Une lecture qui part de la réalité et qui vous laisse une marque au fond de vous. Le sujet abordé peut faire peur face à la ressemblance flagrante de ce qui nous attend si nous n’agissons pas rapidement, il en va de notre survie et de notre sécurité. L’auteur traite  des problèmes de l’actualité qui au fil du temps nous amènent à vivre comme des robots, les prix exorbitants de la vie et des conditions humaines effroyables. On imagine l’atmosphère ultra-polluée, les sans domicile qui rodent dans les rues, la mort qui se répand partout à coup d’agression et d’actes terroristes.

Comment accueillir un enfant dans un tel monde ?

 

M Dion

Publicités

Aventure périlleuse et tristesse au rendez-vous !

L’œuvre de Sarah Baruckh, nous fait voyager dans deux pays différents. Tout d’abord, une jeune mère laisse sa fille à une nourrice en France pour partir travailler pendant la guerre. Un jour, sa mère revient la chercher alors qu’elle est âgée de 10 ans. Elle va vivre à Paris avec sa mère puis est contrainte de partir vivre avec son ‘’ père’’ en Amérique alors qu’elle ne le connaît pas. Elle va donc décider de fuir New York pour retourner à Paris voire sa mère malade.

C’est un roman qui se déroule sur quatre ans, il commence pendant la guerre, puis se termine après la deuxième guerre mondiale. Alice va donc voyager de pays en pays pendant toutes ces années, sans sa mère, qu’elle avait pourtant appris à connaître et à aimer. Elle va découvrir de nombreuses personnes et de nombreux paysages. Elle va vivre de nombreuses péripéties et va être dès son plus jeune âge au cœur de nombreuses épreuves.

L’auteur nous plonge dans une histoire plutôt triste et émouvante  car elle nous raconte l’histoire d’une fillette perdue, contrainte à s’adapter à de nouvelles vies, à vivre avec ses parents qu’elle ne connait pas, et à quitter tout ce qu’elle avait, tout ce qu’elle connaissait. Elle se retrouve plusieurs fois perdue et seule face à tout cela. Cette histoire est passionnante car l’auteur nous fait voyager, partager les émotions de la fillette en nous racontant tous les moments importants de cette aventure. On se croirait presque dans l’histoire, à vivre exactement les mêmes moments qu’Alice.

Si le but de l’auteur est de nous toucher par les sentiments éprouvés par Alice, Sarah Baruckh a tout à fait réussi, son choix est pertinent, pour toutes les personnes qui aiment les romans sentimentaux. C’est un très bon roman, il se lit rapidement et est simple à comprendre.

 Flora

Collaboration Horizontale, l’histoire d’un amour impossible

Collaboration Horizontale, de Navie et Carole Maurel © Editions DELCOURT, 2017

La bande dessinée Collaboration Horizontale, a été rédigée par Navie, une auteure habituée à rédiger des histoires qui ne finissent pas toujours bien. Elle nous raconte l’histoire d’un amour dangereux sous l’occupation allemande durant la Seconde Guerre Mondiale. Les dessins ont été réalisés par Carole Maurel, une ancienne diplômée des Gobelins en 2005. Cette bande dessinée a été éditée en 2017 aux éditions Delcourt.

L’histoire se déroule à Paris en 1942, elle parle d’un amour impossible entre Rose une française mariée à un prisonnier de guerre avec qui elle a un enfant et un officier allemand. Dans cette histoire, tout débute avec un groupe de femmes solidaires habitant dans le même immeuble et qui se soutiennent. Dans ce groupe, il y a Sarah, une amie juive de Rose. Et c’est elle qui va entraîner la rencontre entre Rose et l’officier allemand. Pour sauver son amie, Rose va intervenir auprès de cet officier qui est chargé de l’enquête. En le rencontrant elle aura un coup de foudre et elle s’autorisera une histoire passionnelle avec lui.

Cette histoire captivante nous plonge dans la Seconde Guerre mondiale et dans la vie des personnages de cette époque qui vivaient en zone occupée. Il est donc facile de se mettre à la place des personnages et de garder notre attention jusqu’à la dernière ligne car l’époque n’est pas très ancienne pour le lecteur. Rose est un personnage attachant. Son histoire palpitante nous bouleverse au fur et à mesure que nous avançons dans la lecture. Au début la femme veut aider son amie mais cette bonne volonté va se retourner contre elle et Rose va être prise d’un piège, celui de l’amour. En avançant dans l’histoire nous nous mettons à sa place et l’auteure réussi à nous faire comprendre ses choix.

A travers cette histoire, Navie parvient à nous montrer la difficulté de vivre à cette époque, elle nous montre aussi que l’amour est quelque chose que l’on ne contrôle pas.

Cette bande dessinée basée sur l’amour est intéressante pour en savoir d’avantage sur la Seconde Guerre mondiale. Elle se lit facilement et la qualité des dessins nous permettent de mieux comprendre l’histoire.

Matthias RENARD

Collaboration Horizontale

L’histoire se passe à Paris en 1942. Une grand-mère raconte son histoire d’amour de jeunesse à sa petite fille, c’était pendant l’occupation Allemande en France. Rose, mariée à un prisonnier de guerre avec qui elle a un enfant va commettre l’interdit, qui est d’aimer un soldat Allemand. Celle-ci va tenter de sauver son ami Sarah, qui est juive, en intervenant directement auprès de l’officier chargé de l’enquête. C’est également l’histoire d’un immeuble où se trouvent des femmes qui vont tenter de survivre. Elles vont affronter les aléas de la vie en nouant des relations pendant l’Occupation. Ces  locataires vont connaître la peur, la solidarité, le courage et également la trahison.

Point de vue critique


J’ai aimé ce récit car lorsque l’on débute la lecture, on se plonge directement dans l’histoire. Cette bande dessinée nous fait découvrir un autre plan de la Seconde Guerre Mondiale, on nous montre également beaucoup le mode de vie des femmes pendant l’Occupation, qui est différents selon les unes les autres. J’ai également trouvé que le dialogue et les dessins accompagnaient bien le récit. Il y a une sorte de suspens au début qui donne l’envie de continuer. Je recommande donc bien évidemment cette bande dessinée, qui est en contre partie facile à lire et qui montre une histoire tout à fais captivante.

 Charlie

L’ambulante répétition

copyright : Glénat

Le Perroquet-ESPE Glénat, 2017

Le Perroquet est une BD qui raconte l’histoire d’un jeune garçon qui se nomme Bastien et qui a une mère malade. Cette dernière est atteinte de troubles bipolaires à tendance schizophrénique, elle passe donc des séjours à l’hôpital pour prendre ou essayer de nouveaux traitements contre cette maladie qui la ronge. Ses proches sont très tristes lorsqu’elle part pour ces « excursions »… C’est un écroulement pour Bastien et son père qui la voit se détruire psychologiquement. Tout au long de cette BD nous suivons ces aventures dramatiques et cette famille qui tente par tous les moyens de sauver cette femme. La fin est totalement imprévisible et surprenante surtout dans les conditions présentes.

Cette histoire est extrêmement captivante grâce à ces nombreuses péripéties. Mais comme énoncé précédemment, la fin est surprenante et cruelle. Cette histoire est réelle, ce n’est malheureusement pas de la science-fiction, ce qui nous fait prendre conscience de faits tragiques, ce qui nous attriste particulièrement !

Robin

L’histoire d’une catastrophe au travers de la fiction…

The impossible est un film catastrophe espagnol réalisé par Juan Antonio Bayona et sorti en le 21 novembre 2012. Il évoque le Tsunami du 26 décembre 2004 qui a fait en Thaïlande près de 10.000 victimes

Le réalisateur a tenu à reconstituer le tsunami de la manière la plus réaliste possible, insistant sur la nécessité de recréer une vraie vague et de ne pas se servir de trop d’effets numériques. La boue, le sang, la soif… l’ambiance morbide est prenante…

Des images de villes dévastées, des kilomètres de côtes de débris, de cadavres, d’arbres arrachés ou encore de bateaux. Mais la vague a emporté plus qu’un paysage, des milliers de vies. En tout, plus de 200 000. En Thaïlande, près de 10 000. Parmi eux, cette famille espagnole.

Une famille au cœur de la catastrophe

L’histoire du film explique qu’un couple et leurs trois enfants sont en vacances en Thaïlande, sur l’île de Phuket, quand le tsunami s’abat sur tous les pays bordant l’océan indien. Lorsque la vague atteint les côtes, ils sont dans la piscine de leur hôtel, à quelques pas de la plage. Séparés et blessés par la violence du tsunami, Maria et son fils aîné Lucas d’un côté, Henry et les deux plus jeunes de l’autre, vont tenter l’impossible : parcourir l’île pour se retrouver, malgré les milliers de survivants entassés dans les hôpitaux, malgré la douleur, malgré la méconnaissance du pays.

Un film qu’on n’est pas près d’oublier

The impossible embarque le spectateur dans l’une des plus belles scènes catastrophe rarement filmée, le reste du film ne doit servir qu’à se souvenir du drame. Je pense que c’est un beau film qui montre les liens inséparables d’une famille au cœur d’une situation peu commune.

Et le réalisateur il en pense quoi ?

« On a tourné cette partie-là en Espagne. Ce sont dix minutes de films… qui ont nécessité un an de pré production. Six équipes ont travaillé sur ces scènes : effets spéciaux, effets visuels, le travail sur la vague… Toute cette partie-là du film m’a incroyablement excité. Mais nous avons tourné le reste, et donc la plus grande partie du film, en Thaïlande. Avec seulement un jour ou deux à Phuket même. Et beaucoup plus à Kaolack.’’ D’après une interview à Juan Antonio Bayona.

http://www.lesoir.be/144157/article/culture/cinema/2012-12-26/%C2%AB-the-impossible-%C2%BB-revient-sur-tsunami-phuket-et-suscite-malaise

http://www.ricketpick.fr/2012/12/15/critique-film-the-impossible-de-juan-antonio-bayona-temoignage-speculaire-mais-impudique/

                                                                                                                            Charlotte et Sarah

Le prix Nobel laissé en plan

Bob Dylan grand chanteur Américain de 75 ans reçoit un prix exceptionnel de littérature : le prix Nobel ! Ce chanteur n’a tout de même pas récupéré son prix le 10 décembre 2016.

222

Bob Dylan au milieu de tous ses albums, flickr

Bob Dylan ne s’appelle pas Bob Dylan !

Bob Dylan de son vrai nom Robert Zimmerman est né le 24 mai 1941. C’est en 1959 qu’il prend le pseudonyme de Bob Dylan. On a d’abord pensé que c’était en référence au poète Gallois Dylan Thomas. Mais c’était en réalité en hommage à son oncle qui s’appelait Dyllion.

Bob Dylan aime le rock !

Bob Dylan tombe sous le charme du rock avec Elvis Presley et Jerry Lee Lewis avant de former son propre groupe pendant deux ans. En 1962, il sort son premier album, intitulé « Bob Dylan ».

Le premier musicien américain…

C’est le premier musicien américain à obtenir le prix Nobel de littérature depuis sa création en 1901. Il est récompensé pour avoir créé dans le cadre de la grande tradition de la musique américaine un nouveau mode d’expression poétique. Mais, il a déclaré ne pas pouvoir venir chercher son prix le 10 décembre 2016 à Stockholm  car il a dit avoir « d’autres engagements ». Une provocation de la part du chanteur ?

Son côté obscur !

Le chan­teur a été décoré de la Légion d’hon­neur par la ministre de la Culture française Auré­lie Filip­petti. Malgré tout le chanteur a été mis en examen en France en 2012 à l’occasion de son concert au Grand Rex, pour « provocation à la haine ». Il a tenue des propos racistes en vers les Croates.

 

Manon Servy /Manon Warther

Sources : Wikipedia, Le Monde, L’Express, Le Figaro, Gala et Linternaute.

« Entre Ciel et Terre » d’OLIVER STONE (1994)

Lêly est une jeune vietnamienne qui va voir  pendant son enfance jusqu’à ce qu’elle soit une jeune adulte, la guerre et le déchirement de son pays.

entre-ciel-et-terre-originalNotre avis : Oliver Stone conclus sa magnifique trilogie sur la guerre du Viêt-Nam avec les honneurs. « Entre Ciel et Terre » est pour moi le film le plus intéressant sur la guerre du Viêt-Nam car c’est le seul film où l’on peut voir la vision des villageois vietnamiens c’est pour ça que ça le rend intéressant car on a ici le vrai point de vue des vrais victimes de cette guerre qui ont subis de multiple sévices, déjà par la fameuse guerre d’Indochine et ensuite par la guerre du Vietnam.

C’est l’actrice Hiep Thi qui joue le rôle de Lêlycette jeune vietnamienne qui n’a eu dans son enfance que misere et violence. Tommy Lee Jones qui joue le role du sergent Steve Buttler, qui joue avec brio comme a son habitute, Oliver Stone quand a lui dirige ses acteurs avec maestria nous fait une réalisation impeccable. Pour coonclure il faut absolument voir et revoir meme je dirais Entre Ciel et Terre pour voir quelle magnifique film il est.