Archives de Catégorie: Un peu de culture

L’histoire d’une catastrophe au travers de la fiction…

The impossible est un film catastrophe espagnol réalisé par Juan Antonio Bayona et sorti en le 21 novembre 2012. Il évoque le Tsunami du 26 décembre 2004 qui a fait en Thaïlande près de 10.000 victimes

Le réalisateur a tenu à reconstituer le tsunami de la manière la plus réaliste possible, insistant sur la nécessité de recréer une vraie vague et de ne pas se servir de trop d’effets numériques. La boue, le sang, la soif… l’ambiance morbide est prenante…

Des images de villes dévastées, des kilomètres de côtes de débris, de cadavres, d’arbres arrachés ou encore de bateaux. Mais la vague a emporté plus qu’un paysage, des milliers de vies. En tout, plus de 200 000. En Thaïlande, près de 10 000. Parmi eux, cette famille espagnole.

Une famille au cœur de la catastrophe

L’histoire du film explique qu’un couple et leurs trois enfants sont en vacances en Thaïlande, sur l’île de Phuket, quand le tsunami s’abat sur tous les pays bordant l’océan indien. Lorsque la vague atteint les côtes, ils sont dans la piscine de leur hôtel, à quelques pas de la plage. Séparés et blessés par la violence du tsunami, Maria et son fils aîné Lucas d’un côté, Henry et les deux plus jeunes de l’autre, vont tenter l’impossible : parcourir l’île pour se retrouver, malgré les milliers de survivants entassés dans les hôpitaux, malgré la douleur, malgré la méconnaissance du pays.

Un film qu’on n’est pas près d’oublier

The impossible embarque le spectateur dans l’une des plus belles scènes catastrophe rarement filmée, le reste du film ne doit servir qu’à se souvenir du drame. Je pense que c’est un beau film qui montre les liens inséparables d’une famille au cœur d’une situation peu commune.

Et le réalisateur il en pense quoi ?

« On a tourné cette partie-là en Espagne. Ce sont dix minutes de films… qui ont nécessité un an de pré production. Six équipes ont travaillé sur ces scènes : effets spéciaux, effets visuels, le travail sur la vague… Toute cette partie-là du film m’a incroyablement excité. Mais nous avons tourné le reste, et donc la plus grande partie du film, en Thaïlande. Avec seulement un jour ou deux à Phuket même. Et beaucoup plus à Kaolack.’’ D’après une interview à Juan Antonio Bayona.

http://www.lesoir.be/144157/article/culture/cinema/2012-12-26/%C2%AB-the-impossible-%C2%BB-revient-sur-tsunami-phuket-et-suscite-malaise

http://www.ricketpick.fr/2012/12/15/critique-film-the-impossible-de-juan-antonio-bayona-temoignage-speculaire-mais-impudique/

Charlotte et Sarah

Publicités

Le prix Nobel laissé en plan

Bob Dylan grand chanteur Américain de 75 ans reçoit un prix exceptionnel de littérature : le prix Nobel ! Ce chanteur n’a tout de même pas récupéré son prix le 10 décembre 2016.

222

Bob Dylan au milieu de tous ses albums, flickr

Bob Dylan ne s’appelle pas Bob Dylan !

Bob Dylan de son vrai nom Robert Zimmerman est né le 24 mai 1941. C’est en 1959 qu’il prend le pseudonyme de Bob Dylan. On a d’abord pensé que c’était en référence au poète Gallois Dylan Thomas. Mais c’était en réalité en hommage à son oncle qui s’appelait Dyllion.

Bob Dylan aime le rock !

Bob Dylan tombe sous le charme du rock avec Elvis Presley et Jerry Lee Lewis avant de former son propre groupe pendant deux ans. En 1962, il sort son premier album, intitulé « Bob Dylan ».

Le premier musicien américain…

C’est le premier musicien américain à obtenir le prix Nobel de littérature depuis sa création en 1901. Il est récompensé pour avoir créé dans le cadre de la grande tradition de la musique américaine un nouveau mode d’expression poétique. Mais, il a déclaré ne pas pouvoir venir chercher son prix le 10 décembre 2016 à Stockholm  car il a dit avoir « d’autres engagements ». Une provocation de la part du chanteur ?

Son côté obscur !

Le chan­teur a été décoré de la Légion d’hon­neur par la ministre de la Culture française Auré­lie Filip­petti. Malgré tout le chanteur a été mis en examen en France en 2012 à l’occasion de son concert au Grand Rex, pour « provocation à la haine ». Il a tenue des propos racistes en vers les Croates.

 

Manon Servy /Manon Warther

Sources : Wikipedia, Le Monde, L’Express, Le Figaro, Gala et Linternaute.

« Entre Ciel et Terre » d’OLIVER STONE (1994)

Lêly est une jeune vietnamienne qui va voir  pendant son enfance jusqu’à ce qu’elle soit une jeune adulte, la guerre et le déchirement de son pays.

entre-ciel-et-terre-originalNotre avis : Oliver Stone conclus sa magnifique trilogie sur la guerre du Viêt-Nam avec les honneurs. « Entre Ciel et Terre » est pour moi le film le plus intéressant sur la guerre du Viêt-Nam car c’est le seul film où l’on peut voir la vision des villageois vietnamiens c’est pour ça que ça le rend intéressant car on a ici le vrai point de vue des vrais victimes de cette guerre qui ont subis de multiple sévices, déjà par la fameuse guerre d’Indochine et ensuite par la guerre du Vietnam.

C’est l’actrice Hiep Thi qui joue le rôle de Lêlycette jeune vietnamienne qui n’a eu dans son enfance que misere et violence. Tommy Lee Jones qui joue le role du sergent Steve Buttler, qui joue avec brio comme a son habitute, Oliver Stone quand a lui dirige ses acteurs avec maestria nous fait une réalisation impeccable. Pour coonclure il faut absolument voir et revoir meme je dirais Entre Ciel et Terre pour voir quelle magnifique film il est.

Critiques littéraires

La Page blanche est une BD qui nous raconte l’histoire d’une fille qui a perdu la mémoire et qui cherchera à retrouver son passé tout au long de l’histoire. Ce qui m’a plu, c’ est que nous ne savons rien de la fille. Et c’est un peu avec elle qu’on essayera de retrouver son passé. Chaque élément ou indice que nous apprenons, nous l’apprenons en même temps que la jeune fille. Elle n’a rien à nous cacher. La fin m’a cependant un peu déçu. On avait une intrigue tout au long de l’histoire et à la fin, nous n’apprenons rien. Lorsque l’on commence on ne peut plus la lâcher. On finit le livre par un dicton qui nous touche et peu nous concerner…

Cameron Samuel

Je n’ai pas aimé libellules d’Egloff, de par sa construction, il est en fait composé de succession de textes indépendants, mais tous de même en relation avec les personnages (le narrateur et son fils). De plus, je trouve ce livre vraiment étrange, car l’auteur donne vie à des « petites choses » de l’existence, il parle en fait de moments banals et habituels comme d’une éternité.

Andréa Lauvergne

Le roi n’a pas sommeil  de Cécile Coulon est un roman intriguant et passionnant. Dès la première page l’intrigue se met en place et nous pousse à continuer la lecture. En premier est racontée l’histoire de William Hogan -un homme imposant et assez effrayant- puis celle de son fils, Thomas Hogan, du début à la fin de sa vie. Le seul point négatif est l’incompréhension du lien entre le titre du roman et l’histoire. Avec son vocabulaire et compréhensible par tous, je le recommande.

Lydie Stoclet

In the Name Of...L’histoire se déroule en 2014, le pape Nelson Ier, premier pape à la peau noire, se rend aux U.S.A. pour rencontrer le président Obama et ses fidèles du monde entier.

J’ai bien aimé cette BD, elle est pleine de suspense, il y a des bouleversements auxquels on ne s’attend pas. Elle parle de politique et de religion sans trop entrer dans les détails. Elle est facile à lire, on accroche vite à l’histoire. Le texte se lit assez rapidement mais la fin ne correspond pas à ce dont je m’attendais.

Les dessins sont particulièrement bien réussis !

Baptiste Philippe

Deuxième Génération, de Michel Kicka. Cette bande dessinée est une sorte de biographie de l’auteur,  fils d’un ancien déporté des camps de concentration. Elle retrace le silence de son père au cours de l’enfance de l’auteur, et explique la barrière que cette détention a créée entre le père de l’auteur et les autres personnes de son entourage. Elle est bien dessinée et j’ai beaucoup apprécié l’histoire car, étant une biographie, elle reste tout de même neutre, l’auteur ne cherchant pas à enjoliver, embellir les choses. L’histoire raconte tout, le mépris du fils quand le père « gâche » l’enterrement de son fils, les petites histoires ayant un ton parfois léger,… Tout est dit avec une sincérité criante de vérité.

Louis Monnot

« Stars 80 », un film à la fois humoristique et prenant !

Film de Frédéric Forestier et Thomas Langmann qui ont pour but de recruter des anciennes stars des années 80 pour finir au stade de France avec un stade complet…de quoi vous séduire.

L’histoire d’un concert improbable
Vincent et Antoine sont deux fans des années 80, et dirigent une petite société de spectacle qui fait tourner des sosies dans toute la France. A la veille du dépôt de bilan, ils retrouvent un carton de vieux 45 tours : Jeanne Mas, Jean-Luc Lahaye, Lio, Desireless, Peter et Sloanne, Francois Feldman, Debut de soirée, Cookie Dingler, Sabrina, Gilbert Montagné… Immédiatement l’étincelle jaillit : pourquoi ne pas faire remonter sur scène les vrais stars des années 80 .
Les deux producteurs partent donc en quête de ces stars. Ils débutent dans la galère afin de cartonner en Province et triompher au stade de France.

Un film long à démarrer
Le film, sorti sur les écrans le 24 octobre 2012, est désormais disponible en DVD.
La scène du début du film, trop longue, presque ennuyeuse ne donne pas envie de voir ce film. Quand les deux acteurs sont déguises en chanteur du groupe « kiss » pour mettre de l’ambiance dans le self de la prison.! Cela ne plaît pas aux prisonniers qui se rebellent contre eux.
Arrivée à un certain moment du film, l’histoire nous plonge dedans et l’histoire commence vraiment a être intéressante.
Ce film est intéressant quand Vincent et Antoine recherchent les anciennes stars, partent tous en tournée puis jusqu’à la fin pour aller triompher au stade de France.

La fin de ce film est sympathique.

Thibaud, Emilien