Archives mensuelles : mai 2019

2050 : Le monde a la « tête sous l’eau »

Chacun le sait, le réchauffement climatique est dû aux émissions de gaz à effet de serre. Rappelons que le CO2 est le principal gaz à effet de serre produit par l’activité humaine. Les équilibres météorologiques et les écosystèmes sont perturbés, la fonte des glaces ne fait qu’empirer, ce qui entraîne la montée des eaux. Alors aurons-nous bientôt la « tête sous l’eau » ?

New-York bientôt… submergé !

En 2300, les New-yorkais devront-ils tous se réfugier à Philadelphie ? En effet, les scientifiques américains du centre de recherche de Pennsylvanie estiment que si les gaz à effet de serre restent maintenus au même niveau qu’aujourd’hui, New-York se retrouverait sous une couche de 15 mètres d’eau dans 300 ans.

Certains quartiers de NYC pourraient subir ces effets indésirables. Les premiers touchés seraient  Manhattan et Brooklyn qui se retrouveraient sous 6 mètres d’eau d’ici 2100. La fonte des glaces due aux gaz à effet de serre entraîne la montée des eaux. Si nous ne faisons rien, nous devrons nous habituer à des villes emblématiques noyées sous les eaux. L’activité humaine est la première source de production de CO2, le principal gaz à effet de serre. Par exemple, la déforestation a un effet dévastateur sur la nature ; les arbres contribuent à réguler le climat en absorbant le dioxyde de carbone de l’atmosphère et le stocker, lorsqu’ils sont abattus, ils se libèrent.

Des phénomènes extrêmes de plus en plus fréquents…

Des observations menées depuis 50 ans montrent que le cycle de l’eau s’intensifie avec la chaleur, ce qui augmenterait le risque de voir apparaître des phénomènes extrêmes comme des tornades, des ouragans, mais aussi des grandes sécheresses ? L’augmentation de la température de l’eau et de l’humidité à cause des gaz à effet renforce l’intensité des cyclones pouvant être à l’avenir plus dévastateurs. En effet, les fortes températures renforcées par le réchauffement climatique participent à l’évaporation de l’eau des sols, créant ainsi de grandes sécheresses. Devrons-nous, dans les années à venir nous habituer à ces phénomènes météorologiques extrêmes ?

Des solutions durables ?

Avec la progression des technologies, nous savons aujourd’hui que les énergies renouvelables sont celles de demain car elles engendrent très peu de déchets et sont issues de source naturelle comme le soleil. On est capable de produire de l’électricité grâce à deux grandes énergies renouvelables : le Soleil et le vent. L’Espagne possède le plus grand parc d’éolienne d’Europe (51,9 MW). Quant à elle, l’énergie solaire est captée grâce à des panneaux photovoltaïques. La France s’est donné un objectif de 32% d’utilisation renouvelable avant 2030. Aujourd’hui, la plus grande création reste la voiture de demain : la voiture électrique. C’est une voiture qui reste polluante avec 9 tonnes de CO2 dégagé et le recyclage des batteries peut poser problème. Cependant elle reste beaucoup plus écologique que la voiture à essence qui en dégage 27 tonnes. Ayant une autonomie d’environ 400km et s’élevant à plus de 23.000 euros pour la voiture de base, c’est une voiture qui reste très peu utilisée. Néanmoins, quelques actions simples peuvent retardées la vision d’un monde extrême comme le tri sélectif, ou la réduction de déchets plastifiés. A vous de jouer et de prendre vos responsabilités !

 

Publicités